Actions - Communiqués de presse English
UN MÉGADÉPOTOIR AU PARADIS?

Une montagne de 22 étages d’ordures à proximité d’un charmant village niché entre des forêts, des lacs et des rivières idylliques ? Des camions déboulant à longueur de journée – et pour des décennies à venir – sur des routes déjà encombrées ?

PAS QUESTION disent en nombres grandissants les résidents de la région. La bataille vient de commencer, selon un porte-parole de la toute nouvelle Coalition de citoyens contre le projet de site d’enfouissement de Danford Lake.

Le 11 décembre 2005, après avoir soigneusement étudié les informations disponibles sur le projet et en avoir soupesé les avantages et les inconvénients, les résidents des municipalités d’Alleyn-et-Cawood et de Kazabazua (Outaouais) ont formé une coalition pour s’opposer à la création d’un site d’enfouissement régional qu’exploiterait un consortium privé (LDC) à 5 miles
[8 km] à l’ouest du village de Danford Lake, au nord de la route 301. En dépit de tous leurs efforts, les citoyens alarmés par le projet ont été incapables d’obtenir jusqu’ici des réponses satisfaisantes à toutes leurs questions sur les promoteurs du projet, ainsi que sur ses conséquences environnementales et sociales.

Le site d’enfouissement occuperait une superficie de 545 acres [220 hectares]. Il desservirait la Région de l’Outaouais, soit 13 000 miles carrés (33 500 km2), quatre M.R.C., y compris la Ville de Gatineau. Il pourrait recevoir jusqu’à 250 000 tonnes de déchets par an (ordures ménagères, mais aussi déchets d’origine industrielle, commerciale, agricole, déchets biomédicaux désinfectés, déchets de construction, d’incinérateurs industriels, de papeteries, de raffineries de pétrole et d’abattoirs). Le résultat final : 7,5 millions de tonnes de déchets, atteignant une hauteur de 230 pieds [70 m]. Le site serait ouvert pour au moins 30 ans, mais son impact se ferait sentir pendant des siècles à venir.

La Coalition estime que le site envisagé est totalement inadéquat pour un tel projet :

    1. créer un mégasite d’enfouissement dans un milieu sauvage qui, depuis plus d’un siècle, est le paradis des amoureux de la nature, des chasseurs, pêcheurs, randonneurs et canoéistes, cela défie toute logique ;
    2. le lixiviat traité serait rejeté dans les rivières Kazabazua et Picanoc, proches du site et se jetant dans la rivière Gatineau, risquant de les contaminer toutes irrémédiablement ;
    3. le site repose sur le pire substrat possible : du sable et du gravier – même les experts s’accordent pour dire qu’il n’existe pas encore de technologie sûre garantissant la protection des eaux souterraines ;
    4. les principales voies d’accès au site (la 105 Nord et la 301 Sud) sont déjà surchargées, comme le prouve la hausse alarmante du nombre d’accidents enregistrés ces dernières années ;
    5. les camions de déchets effectuant les allers et retours devraient traverser le cœur d’un petit village paisible (Danford Lake), passer à proximité de plusieurs lacs et en plein milieu de plusieurs zones de villégiature ; ils traverseraient aussi plusieurs autres communautés situées le long de la 105 et même de la 148 ;
    6. le site poserait un risque pour la santé de tous ceux qui vivent dans la direction des vents dominants (les sites d’enfouissement produisent, entre autres, du méthane, du dioxyde de carbone et du dioxyde de soufre) et en aval du site près des rivières Kazabazua et Picanoc (risque de pollution élevé des eaux de surface et souterraines) ;
    7. un tel site entraînerait la dévaluation des propriétés environnantes et freinerait les investissements dans la région même et dans les communautés longeant les routes menant au site : qui voudra acheter une maison ou investir dans un terrain proche d’une montagne d’ordures ou vivre le long d’une route hyperfréquentée ?

Une petite communauté rurale de quelques centaines d’habitants ne devrait pas sacrifier un milieu de vie idyllique et paisible pour servir de source de profits à des investisseurs privés prétendant vouloir résoudre les problèmes de gestion des déchets de tout l’Outaouais.  Tout comme le nouveau maire de Gatineau, la Coalition croit que le problème des déchets doit être géré le plus près possible de leur source afin de sensibiliser leurs producteurs et les encourager à recycler davantage.

Les résidents d’Alleyn-et-Cawood et de Kazabazua vivent dans la direction des vents dominants, en aval du site près de deux rivières susceptibles d’être polluées et le long de la principale voie d’accès au site. Ils ne veulent pas priver leurs enfants et leurs petits-enfants d’une qualité de vie qui leur a été léguée ni leur laisser une lourde dette en héritage.

Le Conseil municipal d’Alleyn-et-Cawood a donné son accord de principe pour accueillir le projet à cause de promesses d’emplois et de revenus additionnels. Mais emplois et revenus ne pourront jamais compenser les risques environnementaux et sociaux associés à un tel site. Demandez donc aux résidents de Cantley ce qu’ils en pensent.


Coalition de citoyens contre le projet de site d’enfouissement à Danford Lake



<< Retour
  Droit d'auteur © 2006 Coalition contre le mégadépotoir de Danford. Tous droits réservés.