Nouvelles/Mises à jour English

LE POINT de la Coalition
(1er mai 2016)

Représentée par André Carrière et Michèle Borchers, la Coalition a assisté aux consultations publiques de la Ville de Gatineau (septembre 2015) et de la MRC de la Vallée-de- la-Gatineau (janvier 2016) sur leurs projets respectifs de Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) pour la période 2016-2020. La Coalition a déposé un mémoire à chacune de ces deux consultations. Les consultations publiques ont été tenues en mars à la MRC de Pontiac et en janvier et février de cette année à la MRC des Collines-de- l'Outaouais. Tous ces projets de PGMR doivent être soumis à l'approbation du ministère québécois de l'Environnement.

Ces quatre gouvernements locaux (Gatineau, 3 MRC) indiquent qu'il leur faut collaborer pour trouver une solution régionale au sujet des déchets ultimes qui sont actuellement transportés hors de l'Outaouais (à LaChute). La Ville de Gatineau s'est engagée à étudier en 2016 (l'étude devrait débuter cet été ou cet automne) toutes les options disponibles pour gérer les déchets dans la prochaine période débutant en 2020 (quatre ans sont en effet nécessaires pour s'y préparer), et il est à espérer que la Ville d'Ottawa prenne part à cette étude. Toutes les options sont sur la table : lieu d'enfouissement ou incinérateur ; usine de transformation énergétique des déchets ; partenariat avec d'autres municipalités dans la Région de la Capitale nationale ; partenariat public-privé avec l'entreprise Resolute (pour utiliser leur chaudière à biomasse).

Cela signifie que, même s'il existe un volonté clairement affichée de trouver une solution de rechange à l'enfouissement, cette dernière option n'est pas complètement exclue. Quelle que soit sa nature, le futur centre régional devra être géographiquement proche du principal lieu de production des déchets, à savoir la Ville de Gatineau. Affaire à suivre donc.

LE POINT de la Coalition
Août 2015

Le compte à rebours a commencé pour la Ville de Gatineau et chacune des MRC de l'Outaouais, qui doivent soumettre, d'ici le 31 octobre 2015, leur Plan de gestion des matières résiduelles au ministère québécois du Développement durable.

Parce qu'elle génère environ 75 % de tous les déchets de l'Outaouais, c'est la Ville de Gatineau qui mène la recherche d'une solution régionale.

Voici son échéancier:

  • 25 août 2015: adoption du projet de PGMR de Gatineau par le Conseil municipal
  • Fin septembre 2015: soirées d'information à l'intention des citoyens
  • Fin octobre 2015: audience publique à l'intention des citoyens
  • Automne 2015: adoption du projet de PGMR 2016-2020 modifié à la suite des consultations publiques

La Coalition soutient l'approche de la Région. Depuis près de dix ans maintenant, la Coalition demeure en contact avec les autorités provinciales, les décideurs régionaux et les députés représentant l'Outaouais à l'Assemblée nationale de Québec afin de s'assurer que notre voix est entendue et que nous restons informés de l'évolution du dossier. Nos efforts sont appréciés, et nous prendrons part aux consultations publiques prévues cet automne à Gatineau. Affaire à suivre.

LE POINT de la Coalition
Juin 2013

Le passage du stade de l'enfouissement à celui d'une solution moderne et durable se fait à une allure d'escargot. Parce qu'elle génère environ 75 % de tous les déchets de l'Outaouais, c'est la Ville de Gatineau qui mène la recherche d'une solution régionale. Aucune des entreprises de traitement des déchets qui s'étaient pré-qualifiées n'a soumis d'offre en 2012, vraisemblablement parce qu'elles estimaient insuffisants les volumes de déchets ménagers ultimes à traiter - une conséquence directe du succès des programmes de compostage et de recyclage de Gatineau.

Comme elle le fait tous les cinq ans, la Ville de Gatineau révise cette année son Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR). Elle profitera de cette occasion pour étudier divers scénarios permettant d'intégrer dans son projet deux catégories de déchets qui ne sont pas actuellement sous juridiction municipale, à savoir ceux du secteur industriel, institutionnelet commercial (ICI) et ceux du secteur de la Construcition, Rénovation, Démolition (CRD). Pour ce faire, cependant, la Ville devra attendre les dernières lignes directrices de la Province d'ici la fin de l'été. Ces lignes directrices devraient renfermer de nouveaux outils permettant aux municipalités d'encourager une meilleure gestion des déchets dans ces deux secteurs.

La MRC de Pontiac sonde présentement ses résidents au sujet de la gestion des déchets dans le Pontiac (http://www.mrcpontiac.qc.ca). Nous encourageons les membres de la Coalition résidant dans le Pontiac à remplir le formulaire en ligne et à répondre tout particulièrement à la seconde partie de la Question 7. Si la perspective d'une importation de déchets dans le Pontiac vous inquiète, vous pourriez répondre par « non » à la question.

La Coalition soutient l'approche de la Région et a informé le Ministre québécois de l'Environnement de sa position dans le dossier. La Coalition a également reçu le soutien de Mme Stéphanie Vallée, la deputée qui représente la Vallée-de-la-Gatineau à l'Assemblée nationale du Québec. Depuis maintenant huit ans, la Coalition demeure en contact avec les autorités provinciales, les décideurs régionaux et les députés représentant l'Outaouais à l'Assemblée nationale de Québec afin de s'assurer que notre voix est entendue et que nous restions informés de l'évolution du dossier. Nos efforts sont appréciés, et nous avons été invités à participer aux futures consultations publiques sur le projet.

 
LE POINT de la Coalition
27 octobre 2012

5 avril 2012-Un appel d'offre pour un centre régional de traitement des déchets est lancé par la Ville de Gatineau. Les entreprises qui se sont préqualifiées ont jusqu'au 26 juillet pour soumettre leur proposition. Cette date-limite est repoussée au 25 octobre.

27 juin 2012-Le Maire de la Ville de Gatineau et les préfets des trois* MRC de l'Outaouais sur quatre signent une entente historique de 20 ans sur le traitement régional des déchets ultimes de la Région, déclarant l'enfouissement une chose du passé. La quatrième MRC de l'Outaouais (MRC de Papineau) a déjà sa propre solution pour la gestion de ses déchets ultimes. A noter que la Ville de Gatineau génère près de 70 % des déchets de la Région.

Dernières nouvelles: un nouveau report d'échéance

25 octobre 2012-Louverture des soumissions étant ouverte au public, André Carrière et Michèle Borchers se rendent au Bureau de la Ville de Gatineau où les soumissions doivent être ouvertes. Surprise, aucune soumission n'est présentée par aucune des trois compagnies qui s'étaient préqualifiées pour l'appel d'offre final.

Les représentants de la Ville de Gatineau et des trois MRC partenaires devront chercher à savoir ce qui a fait changer d'avis les trois compagnies en question et ils pourraient relancer un nouvel appel d'offre.

Une explication possible : entre le moment où les trois entreprises se sont pré-qualifiées et l'appel d'offre final, le volume total de déchets garanti aux soumissionnaires a été réduit de manière significative (20 000 tonnes) pour refléter les résultats positifs obtenus par les programmes de compostage et de recyclage de Gatineau. La Coalition a contacté la représentante de Gatineau chargée du dossier pour lui demander quelle va être la suite à donner. Affaire à suivre donc.

*MRC des Collines-de-l'outaouais, MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, MRC de Pontiac

 
LE POINT de la Coalition
anciennement, Coalition contre le projet de mégadépotoir à Danford
27 juin 2012

Accord historique entre la Ville de Gatineau et trois MRCs de l'Outaouais en vue d'une solution régionale au traitement des déchets ultimes

Nous venons de franchir une nouvelle étape très importante sur le (très) long chemin qui nous mènera à une solution régionale pour le traitement de nos déchets ultimes.

Le 27 juin 2012, la Ville de Gatineau et les préfets de trois MRC (Vallée-de-la-Gatineau, Collines de l'Outaouais et Pontiac) de l'Outaouais ont signé un accord de 20 ans. La MRC de Papineau ne s'est pas jointe à eux parce qu'elle a déjà une solution qui lui est propre.

Le 26 juillet, les soumissions présentées par les entreprises qui se sont préqualifiées pour l'appel d'offre seront ouvertes publiquement à la Mairie de Gatineau. Il faudra attendre octobre prochain pour connaître le nom de l'entreprise (et, par conséquent, de la technologie) qui aura été sélectionnée par la Région.

Voici le lien :

http://www.radio-canada.ca/regions/ottawa/2012/06/27/006-gestion-dechets-gatineau-mrc.shtml

Michèle Borchers

Vice-présidente

 
LE POINT de la Coalition pour une gestion responsable des déchets dans l'Outaouais
anciennement, Coalition contre le projet de mégadépotoir à Danford
16 février 2012

Lors d'une conférence de presse le mardi 14 février, le Maire de Gatineau, M. Marc Bureau, a fait le point sur le dossier du futur centre régional de traitement des déchets de l'Outaouais.

Il a confirmé que trois compagnies se sont préqualifiées pour l'appel d'offres, qui sera lancé d'ici quelques semaines, en mars 2012. Le dépôt des offres est prévu pour la fin juin, et leur analyse se fera cet été. La technologie de transformation énergétique des déchets ultimes qui sera choisie par la Région (vraisemblablement cet automne) va requérir l'approbation du ministère québécois du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs.

Si tout se passe comme prévu, le nouveau centre de traitement des déchets pourrait être en opération dès 2014 ou 2015. Les déchets de l'Outaouais ne seront alors plus acheminés hors de la Région (à Lachute). Cela signifiera aussi la fermeture du Centre de services du Boulevard de la Carrière à Hull.

La Ville de Gatineau a réussi à réduire de 44 % son volume de déchets ultimes en 2011 grâce à ses programmes de compostage et de recyclage. Marc Bureau se dit toutefois confiant qu'avec l'augmentation constante de la population, Gatineau n'aura pas de difficultés à fournir le volume minimal requis pour une durée de vingt ans, qui serait de 50 000 tonnes par an.

Les trois MRC (Pontiac, Vallée-de-la-Gatineau, Collines) fourniront, ensemble, un volume total minimal de 15 000 tonnes par an. La MRC Papineau, elle, enverra ses déchets ultimes à la compagnie Fortress de Thurso pour y être incinérés.

A bientôt pour d'autres nouvelles

André Carrière et Michèle Borchers

 
Le Point de la Coalition
15 mai 2011

La Ville de Gatineau pilote la recherche d'une solution pour la transformation énergétique des déchets de l'Outaouais. La Phase I (procédure de pré-sélection) est presque achevée, et plusieurs soumissions ont été reçues. Toutes les informations sur cette procédure sont confidentielles, parce que, en vertu de la nouvelle loi du Québec sur l'octroi de contrats publics, les entreprises soumissionnaires ne doivent pas connaître leurs concurrentes tant que l'appel d'offres (Phase II) n'est pas terminée, soit l'automne prochain. Si tout se passe comme prévu, nous devrions savoir d'ici la fin de l'année quelle entreprise a été retenue et quelle technologie aura été choisie. Affaire à suivre...

 
Le Point de la Coalition
Décembre 2010

Le 23 juin 2009, le gouvernement du Québec publiait un décret qui, sur la recommandation de la ministre de l’Environnement, Madame Line Beauchamp, rejetait le projet de projet de mégadépotoir à Danford Lake. Dans son communiqué de presse, la ministre justifiait ce rejet en disant que le gouvernement du Québec voulait permettre à la Région de l’Outaouais de conclure sa recherche d’une solution durable. En juin 2010, André Carrière et Michèle Borchers ont eu l’occasion de remercier personnellement Madame Beauchamp au nom des citoyens de l’Outaouais.

A la suite de cette décision gouvernementale, la Coalition contre le projet de mégadépotoir de Danford s’est engagée à demeurer active et à soutenir les autorités de l’Outaouais dans leur recherche d’une solution régionale. 

Le présent message a pour but de vous informer que nous tenons notre engagement.

Le 11 mars 2010, la corporation fédérale du nom de Coalition contre le mégadépotoir de Danford a été officiellement rebaptisée Coalition pour une gestion responsable des déchets dans l’Outaouais. Les dix membres de l’exécutif sont demeurés en fonction, André Carrière en qualité de président et Michèle Borchers, en qualité de vice-présidente.

Au cours des 18 derniers mois,  André et Michèle ont continué d’assister aux réunions du conseil d’administration de la Conférence régionale des élus de l’Outaouais (Cré-0) qui se tiennent environ toutes les cinq semaines. C’est en effet au niveau de cette institution régionale que se prendra la décision finale. A chacune des réunions, André et Michèle tirent profit de la période de questions au public pour demander une mise à jour du dossier et encourager les responsables régionaux  à accélérer le processus décisionnel.

Jusqu’à récemment, la Coalition recevait toujours la même réponse : « Le gouvernement du Québec est sur le point de modifier la Loi sur la qualité de l’environnement pour, entre autres, y clarifier le concept de valorisation ; tant qu’elle ne saura pas si le traitement thermique sera ou non considéré comme une méthode de valorisation des matières résiduelles  (et non plus comme de la simple élimination), la Région ne peut aller de l’avant. »

Lors de notre rencontre avec Madame Beauchamp début juin 2010, nous lui avons demandé à quelle date la version modifiée de la Loi sur la qualité de l’environnement (Projet de loi 88) serait adoptée. Elle nous a répondu qu’elle espérait que ce projet de loi serait adopté cet automne.

Noël est proche, et le projet de loi 88 n’est toujours pas adopté. Cependant, en août 2010, le ministère québécois de l’Environnement a publié un document important (http://www.mddep.gouv.qc.ca/matieres/regime-compensation/hierarchie-modesgmr.pdf) jetant les bases pour l’établissement des critères auxquels le traitement thermique des déchets devrait répondre pour être considéré comme de la valorisation.

Au conseil d’administration de la Cré-0 du 6 décembre 2010, nous avons demandé si ce document pouvait aider la Région à accélérer sa prise de décision. Il nous a été répondu que c’était le cas, qu’un appel d’offres serait lancé au secteur privé au début de 2011 et qu’une solution régionale pourrait être en place d’ici la fin 2013.

Affaire à suivre !

Par manque de fonds, nous n’avons pu créer un nouveau site web comme nous l’espérions, mais nous aimerions au moins conserver celui que nous avons (www.savedanford.com). Même un don modeste serait le bienvenu !

Notre nouvelle adresse électronique est dechetsutiles-smartwaste@bell.net. Notre adresse postale demeure inchangée B.P. 911, Danford Lake (Québec,  J0X 1P0).

Joyeuses Fêtes !

André Carrière et Michèle Borchers

 
Le Point de la Coalition
au 13 septembre 2009

La Coalition contre le mégadépotoir de Danford Lake (www.savedanford.com) a toujours souligné l’importance de trouver une solution de rechange durable à l’enfouissement. C’est ce qui explique en partie l’énorme soutien qu’elle a reçu dans la Région, tant des citoyens que des élus.

Maintenant que le Gouvernement provincial a, par décret, rejeté le projet de Danford Lake, la Coalition poursuit ses activités sous le nom de Coalition pour une gestion responsable des déchets de l’Outaouais (CGRDO).

Notre NOUVEAU site web est: www.dechetsutiles-smartwaste.com

 
Québec rejette le Projet de Mégadépotoir de Danford Lake.
2009-06-25, Danford Lake, MRC de Pontiac, Outaouais

a Coalition contre le Mégadépotoir de Danford Lake félicite Madame Line Beauchamp, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, et le gouvernement de Jean Charest pour leur décision de rejeter la création d’un mégadépotoir régional près de Danford Lake, dans une région touristique pleine de lacs et de rivières (http://www.mddep.gouv.qc.ca/infuseur/communique.asp?no=1536).

Cette décision est la bonne décision, parce qu’elle  

  • tient compte des conclusions du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (Bape);
  • elle est conforme aux grands principes de la Stratégie québécoise de développement durable;
  • elle est compatible avec la Politique québécoise sur la gestion des matières résiduelles;

et, dernière raison mais non des moindres, parce qu’

elle reconnaît et respecte la volonté des citoyens  et des élus de l ’Outaouais québécois  ( d’ailleurs partagée par d'autres régions du Québec) de trouver des solutions de rechange à l ’enfouissement et de réduire les gaz à effets de serre .

Il convient ici de louer le rôle visionnaire des préfets de l’Outaouais, du Maire de Gatineau et de la Conférence régionale des élus de l’Outaouais . L eur décision, au printemps 2008, de rechercher une alternative à l’enfouissement a certainement pesé lourd dans la décision de la province.

La Coalition tient à rendre un hommage tout particulier à Mme Stéphanie Vallée, la Députée du comté de Gatineau, qui, dès sa première élection, a défendu avec courage, constance et ténacité sa vision d’un Outaouais vert en se montrant toujours très proche de ses citoyens .

La Coalition va continuer de suivre cet important dossier en appuyant les efforts des élus régionaux jusqu’à ce qu ’une solution moderne et durable soit mise en œuvre.

Les grands vainqueurs de cette longue bataille, ce sont nos lacs, nos forêts, nos rivières, notre faune sauvage. Ils n’avaient pas de voix pour se faire entendre. Les citoyens de l’Outaouais leur ont prêté la leur; ils pourront être fiers de léguer un milieu de vie intact à leurs enfants.

  • Ne doutez jamais qu'un petit groupe d'individus très motivés puisse changer le monde;
  • en fait, c'est la seule chose qui l'ait jamais changé.
  • Margaret Mead

 
Le Point
au 20.02.2009

Vous avez été nombreux à faire publier votre lettre à la Ministre de l’Environnement dans plusieurs journaux régionaux (Le Droit, The Low Down, The Equity, le Journal du Pontiac). Espérons que la « voix du peuple » aura un impact sur la prise de décision.

Entre-temps, la Coalition demeure active. André Carrière et Michèle Borchers ont assisté au dernier conseil d’administration (9 février) de la Conférence régionale des élus de l’Outaouais (Cré-0). Ils ont appris que le calendrier fixé en décembre est respecté (appel d’offres au printemps 2009 et attribution du contrat en septembre 2009) et que nous en saurons plus après la prochaine réunion de la Table des Préfets de l’Outaouais, à la mi-mars. À noter que Jean Perras, le maire de Chelsea, siège désormais à cette Table, où il représente la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

Le 11 février, les municipalités de Shawville et Clarendon (MRC de Pontiac) et de Pontiac (MRC des Collines-de-l’Outaouais) ont publié conjointement une lettre (Three municipalities have answer to dump closures) dans le Journal du Pontiac pour informer la population de leurs efforts pour trouver une alternative au projet de mégadépotoir de Danford Lake. Nous vous encourageons à lire leur lettre (voir pièce jointe). Le principal message est le suivant :

"Nos trois municipalités tiennent à ce que la population sache qu’elles font des efforts pour trouver une solution de rechange au cas où le projet de Danford ne serait pas approuvé".

Le 13 février, André et Michèle ont rencontré M. Norman MacMillan, le ministre délégué au Transport et ministre responsable de l’Outaouais, à son bureau de comté de Buckingham. L’échange a été franc et ouvert.

Plusieurs d’entre vous sont des contribuables de Kazabazua et ont donc le droit de voter lors de l’élection municipale partielle de dimanche prochain. Il est important que vous preniez le temps de vous déplacer pour ce vote. Les conseils municipaux ont une énorme influence sur des dossiers tels que le projet de mégadépotoir.

Dernière minute :
Gatineau envoie Alain Riel, le président de sa Commission de l’environnement, en Suède pour deux semaines pour y étudier comment les Suédois gèrent leurs déchets. Lire l’article du Droit correspondant, ci-joint!

Les candidats en lice sont pour le siège no 1 du Conseil municipal de Kazabazua sont :

Robert Rowan, 36 Ch. Danford Ouest, Kazabazua
(Robert est membre de l’Association des lacs de Kazabazua)

Denis Bélair, 7 Ch. Bélair, Kazabazua

Le vote aura lieu
dimanche le 22 février de 10 h à 20 h
au Centre communautaire de Kazabazua Community
(amenez deux pièces d’identité, dont une avec votre photo)

 
FLASH-INFO
2009-02-05
Chaque jour, des gens de la Région contactent la Coalition pour dire qu’ils sont outrés par l’annonce, faite par Mme Charlotte l’Écuyer, que des discussions ont lieu entre le ministère de l’Environnement et le promoteur sur la possible approbation du projet de dépotoir de Danford Lake dans les prochains jours.
Nous encourageons donc tous les résidents de l’Outaouais à télécopier ou envoyer par courriel (pas le temps pour la poste !) une lettre à Mme Line Beauchamp, ministre de l’Environnement, avec copie au Premier ministre Jean Charest, ainsi qu’à M. Norman MacMillan, ministre responsable de l’Outaouais pour exprimer leur colère.  
SVP envoyez également copie de votre lettre aux médias en tant que lettre ouverte dans l’espoir qu’ils la publient.  Noms et adresses figurent à la toute fin du texte.
Il est urgent d’agir. Envoyez votre lettre le plus tôt possible (chaque jour compte) et certainement pas plus tard que le 9 février.
Voici une liste de quelques points que vous pourriez faire ressortir dans votre lettre :
Pourquoi le gouvernement provincial approuverait-il un tel projet quand :
  1. La Ville de Gatineau et les quatre MRC de l’ Outaouais, y compris le Pontiac, se sont engagées pour une solution régionale excluant l’enfouissement devant être mise en place d’ici 3-4 ans et ont trouvé une solution transitoire d’ici là.   Pourquoi le gouvernement saboterait-il de tels efforts ?
  2. Quatre (4) des 18 municipalités du Pontiac (dont Danford Lake !) avaient déjà fermé leur dépotoir en tranchée et pris des dispositions pour les années à venir. Pourquoi les 14 autres maires du Pontiac seraient-ils récompensés pour n’avoir rien fait ?  Ils ont rejeté chaque alternative qui leur a été offerte en espérant simplement que le dépotoir de Danford lake serait approuvé.
  3. Selon le promoteur lui-même, les MRC de Pontiac et de la Vallée-de-la-Gatineau, ensemble, ne produisent pas suffisamment de déchets pour rentabiliser le projet. Si la Ministre devait l’approuver, d’où proviendraient les déchets ?  À noter une fois de plus que le directeur régional du ministère de l’Environnement a exprimé au BAPE sa crainte que le dépotoir accepte des déchets venant de l’Ontario.
  4. Approuver le projet irait à l’encontre de la Stratégie québécoise en développement durable, de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, des Recommandations de la Commission parlementaire sur la gestion des matières résiduelles et du Plan d’action québécois concernant les gaz à effet de serre.
  5. Le Bureau des audiences publiques en environnement (Bape), organe consultatif du ministère de l’Environnement, a rejeté lui-même le projet en septembre 2007.
Envoyez votre lettre par télécopie ou par courriel ;a :
Mme Line Beauchamp, Ministre
Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs
Fax: 418-643-4143
line.beauchamp@mddep.gouv.qc.ca

M. Norman MacMillan,
Ministre délégué aux Transports,
Ministre responsable de l’Outaouais
Fax: 819 986-8629
www.normanmacmillan.org
ministredelegue@mtq.gouv.qc.ca
M. Jean Charest
Premier ministre du Québec
Fax: 514-873-6769
  www.premier-ministre.gouv.qc.ca/premier-ministre/nous-joindre/nous-joindre.shtml


Le Droit
Fax : 613-562-7539
Courriel  : pbergeron@ledroit.com
and
ctheriault@ledroit.com
La Presse Courriel  : http://www.cyberpresse.ca/contact/quotidien/contact-lapresse.php
The Pontiac Journal Fax: 819-683-2977
Courriel : editor@journalpontiac.com
The Equity

Fax : 819-647-2206
Courriel :  news@theequity.ca
The Low Down Fax: 819-459-3831
Courriel :  general@lowdownonline.com
The Ottawa Citizen Fax: 613-726-1198
Courriel : letters@thecitizen.canwest.com

 
Le projet de mégadépotoir de Danford Lake approuvé dès la semaine prochaine ?
2009-01-29

Lundi, le 26 janvier 2009, lors du Conseil des maire du Pontiac, la Députée libérale du Pontiac, Charlotte l’Écuyer, a déclaré que le projet de mégadépotoir de Danford Lake sera probablement approuvé la semaine prochaine et que le promoteur est actuellement en discussion avec le ministère de l’Environnement, du Développement durable et des Parcs ( voir articles ci-joints ou visiter The Equity at http://www.theequity.ca/te_page01.htm , http://www.theequity.ca/te_page04.htm ).

Étant donné que la Ville de Gatineau et les autres MRC de l’Outaouais se sont engagées pour une solution verte (transformation énergétique des déchets) mise en place d’ici trois à quatre ans et que, d’ici là, elles ont trouvé une solution transitoire (Lachute), le Ministère de l’Environnement pourrait approuver un dépotoir de taille réduite, appelé à desservir seulement la MRC de Pontiac.

Cependant, autoriser l’ouverture d’un nouveau dépotoir pour le Pontiac seulement et pour les trente prochaines années, comme le demandait initialement le promoteur, n’aurait aucun sens. Et ce, pour deux raisons :

Premièrement, le Ministère vient d’autoriser le Pontiac à retarder de neuf mois la fermeture de ses dépotoirs en tranchée. Il serait infiniment plus judicieux pour le ministère de retarder cette échéance de trois ou quatre ans (jusqu’à l’ouverture du centre régional).

Deuxièmement, la MRC de Pontiac ne produit pas, à elle seule, suffisamment de déchets pour que le projet soit viable (c’est ce qui est ressorti des audiences du Bape). D’où la question : d’où proviendraient les déchets additionnels ? De l’extérieur de l’Outaouais ? Aux audiences du Bape, plusieurs participants – dont le directeur régional du ministère de l’Environnement – ont exprimé la crainte d’une importation possible de déchets de l’Ontario.

À un moment où les gouvernements américain et canadien ont décidé d’investir lourdement dans les technologies vertes, il serait déplorable que le gouvernement du Québec fasse un pas en arrière en autorisant le Pontiac à utiliser une technologie qui, selon de nombreux experts, est d’ores et déjà dépassée.

 
  Droit d'auteur © 2006 Coalition contre le mégadépotoir de Danford. Tous droits réservés.